Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 00:12







Au cœur même de l'océan
J'ai trouvé un havre de paix,
Plus de barrages, d'enfermements,
En vagues soudain être délivrée.


Plus de combats vains en mon âme,
Se ressourcer à la douce quiétude
Du roulis de l'eau toute calme
Mon cœur soudain en plénitude.


Regarder le ciel étoilé, ne plus penser
A rien d'autre que le bonheur jaillissant.
Sous le manteau de la mer me délester
Du poids des regrets, et du temps.


Aller en figure de proue
Sur le voilier du possible
Enfin changer , en tout,
Et aimer, et naviguer, et Vivre
!

Partager cet article
Repost0

commentaires

F
Trés positif et plein de vie ! J'aime lire ce genre de textes ! Merci katherine
Répondre
K


C'est avec plaisir la douce Fée des rêves.



L
Délivrance que ces mots-là comme après avoir mis au monde son enfant... ou soi-même!
La liberté est en tout parfois, la mer, les mères nous portent bien avec un peu de chance, si l' on ne s'y noie,
vive la vie! et merci à toi!
Répondre
K


Oui vive la vie!!!!
Et merci Lilana, vraiment merci (je vais poursuivre ton blog, promis)
Bisous



U
Notre Katherine est belle!
Merci!
Répondre
K


Belle quand tout va bien... Que le bonheur est là!
Merci Ut



L
Dernier quatrin sublime, vraiment.
merci
Répondre
K


Je t'en prie cher ami liedich, c'est tt partagé:)



D
c'est un ami de liza qui te reponds malheureusement elle na va pas bien je suis désolé bisous didier
Répondre
K


Tu m'en vois attristée, donne de ses nouvelles si tu peux. je sais ce que peux être cet
état,pas pour l'avoir vécu mais en avoir été le témoin.
Il n'y pas de mots à ce mal, juste  dire que c'est terrifiant. 
Bisous Katherine