Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 22:54




Il y a des silences qu'on ne rattrape pas
Des mots qui s'envolent au fronton des chapelles
Des amours entre vie et trépas
Et qui peuvent aussi nous donner des ailes.


Il y a des absences qu'on regrette toujours
Des regards amoureux dont on se lasse pas
Des sourires heureux qui manquent à nos jours
Un amour qu'on n'oublie pas


Sur le parvis de Notre-Dame
Je presse le pas, subodore les fragrances
Sur le pavé , je me damne
Vais de coursives en errances.


Des mesas d'Espagne aux montagnes d'Epire
Des versants de l'Oural aux massifs de l'Hoggar
La beauté de ce voyage ne put suffire
À combler, dans mes yeux, l'absence de ton regard


Il pleut des cordes de larmes
Des arc- en-ciel magnifiques
Etoiles juxtaposées
Au firmament extatique
.


Dans les silences intenses des déserts ingrats
J'ai goûté, des anges, la mélodie divine
Mais rien qui puisse me procurer cette joie
D'entendre si claire ta voix cristalline


Je n'ai que l'horizon que dessinent mes yeux
Sous la frange des collines
En un dessin singulier et voluptueux
Qui me porte et m'abîme.


Je n'ai que le souvenir soyeux
Que garde, jalouse, ma mémoire
De ces instants délicieux
Partagés à deux dans ce square


Tu es le prince Ténébreux
Tandis que je suis ton odalisque
Ta promise, ton Iseult
Ô toi, mon homme chimérique!


Tu es cette belle princesse prisonnière
Tout en haut de cet immense beffroi d'ivoire
Un rêve à poursuivre, jusqu'à l'heure dernière
Quelque soit mon destin, fût-ce tout sans espoir


Aux croisées des sentiers
Nous nous perdrons encore
Je soutiendrai ton épaule
Car tu es mon guerrier.


Un destin fourbe et retors, par ses manigances,
A, nos deux routes, habilement séparées
Je suivrai le chemin quelle qu'en soit l'errance
Jusqu'à ce que mon cœur t'ait enfin retrouvée


Je ne crains pas la vengeance de Dieu
Ni ses foudres, ni ses éclairs vengeurs
Qu'ils m'apaisent de mes feux
Et m'emmène au vainqueur.


Quelque soit le dieu qu'il y aura à combattre
Pour toi, mon tendre amour, je livrerai bataille
Il n'est pire enfer sur terre duquel se débattre
Que l'absence, de toi, fouillant mes entrailles

* en marron pour moi , en bleu pour Vae

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Ce texte est vraiment superbe. Les deux voix se font écho et se distinguent tout à la fois, ce qui donne un résultat extrêmement imagé et harmonieux. C'est un plaisir de se perdre dans le dédale de vos mots. Merci.
Répondre
K


Merci à toi Touti, très sincèrement...
Katherine



H
Tu es bien trop modeste ma chère Katherine
Un artiste ne peut réaliser une oeuvre 'art que si la matière qu'il travaille est de qualité et son modèle est d'une grande beauté.
À ces deux conditions tu y as ajouté, par ta sensibilité, le modus operandi pour concevoir un chef d'oeuvre.
Je n'ai fait que suivre tes instructions =>C'est toi qui a tout fait
- Choisi le sujet
- Lui donner de la sensibilité
- Susciter l'envie de t'accompagner
Je n'ai fait que suivre...............

=>Une façon comme une autre de dire que laisser tomber ton écriture laisserait, dans le coeur de beaucoup de ceux qui te lisent, parfois en silence, un grand vide.........

Prends soin de toi
Bisous
Vae

PS pour UT :
Toute femme est belle à aimer ;)
Répondre
K


Oups, je rougis de ton commentaire, bien-sûr, comment faire autrement?
Je reviens à l'écriture parce que j'ai compris que je ne pouvais pas vivre sans elle, ni sans Vous qui me demandez de rester... Je n'ai pas joué les faux départs pour me faire désirer, j'étais en
mal de bien des choses, mais j'ai réfléchi, et tant bien que mal, je me ressoude à l'ossature fragile de la poésie...
PS : je crois que Ut as raison pourtant ;)
Bisous Vae, et que le vent te mène là où tu voudras aller.



U
Je l'avais lu dans son com.... il est terrible, tu sais, il ne peut pas s'empêcher d'aimer toutes les femmes, même les plus virtuelles!
Il est beau Vae, mais tu lui as donné la matière!
Baisers Belle.
Répondre
K


Ah bon? Il est donc un mec?
Erfffff, je vais te l'entreprendre!!! Je plaisante;
Ben voilà qui est fait , je lui ai dédié u n poème à deux balles,mais en tout bien tout honneur, hein??? ;)
Baisers ma Ut



R
Magnifique poème, l'amour avec un grand A, bonne soirée bisous
Répondre
F
C'est superbe, bravo à vous deux
Amitiés, Flo
Répondre
K


Mais Flo je n'ai rien fait!!! pfffff faudra que je m'explique.
Bisous