Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 00:30


Je me souviens de toi grand-père
De ta vie déroulée, à me raconter
Tes premières joies et tes misères
Tes pas, tes amours, tes années.


Je t'écoutais me narrer ta vie
Les yeux écarquillés, chavirée.
Papé, allez! Explique, dis!
Toute à apprendre, étonnée.


Tu parlais de l'allumeur de réverbères
Du poste radio à galène
Du cinématographe des frères Lumière
Du dirigeable à hydrogène.

Pergaud, Doisneau, Artaud
Piaf la môme, Fréhel la réaliste
Cocteau, Picasso, Garbo
Duchamp, Man Ray et les dadaïstes.


De la guerre, du maquis,des résistants
Des tickets rationnement, privations
Des rafles, de l'étoile jaune, des camps
De la liesse au jour de la Libération.


Sarah Bernhardt et sa jambe en bois
Le quartier de Montmartre, Pigalle
La rue théâtreuse de Quincampoix
Le Moulin-Rouge, Arletty, Ouvrard.

La dictée de Mérimée, les pupitres
L'encre violette, les leçons de morale
Les bérets et les blouses si grises
Les goûters en tartines de pain noir.


Ton premier amour, les tremolos
Les congés payés, la dauphine
Les gauloises en dessin de Giot
La naissance de ta fille, divine.


Puis, soudain, tu te taisais
Les yeux de larmes chargés.
Pour te ressaisir, tu chantais
Afin de me réconforter.


Je caressais ta main tachetée, ridée
La mienne toute jeune, nouvelle,
Ce que j'aimais tes plis, ta peau fanée
Et ton regard à la beauté fraternelle.


Tu me manques grand-père
Ta voix, tes gestes, tes histoires...
Un jour, je deviendrai grand-mère
Et transmettrai à mon tour la mémoire.


J'avais envie de publier à nouveau ce poème en pensant à mon grand-père
que je n'oublie pas en ce jour anniversaire.


Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Vous m'avez touché en plein coeur et jusqu'au fond de ma mémoire. <br /> <br /> C'est mon enfance et mon grand-père - qui a fait celle de 14-18 - qui est remonté à la surface !<br /> <br /> Merci <br /> <br /> Plume Solidaire
Répondre
T
Kathrine ma foi, ce poème donne des frissons, c'est de la classe, sincérement trop trop beau, qul merveilleux hommage à ton grand-père, je te félicite, tu es pleine de douceur, bon dimanche, gros bisous doux!!!
Répondre
H
Tu as eu raison de le remettre...très émouvant...moi qui n'est pas eu la chance de les connaitre, j'aimerais tant pouvoir revenir loin derrière...<br /> Bises
Répondre
A
je me souviens de l'autre texte...mais celui ci me rappelle un poeme que j'avais écrit pour mon g père...complicité et amour ,apprentissage de la vie,je me retrouve en jupette...ou salopette accompagnant l'homme de ma vie...(c'est bien lui,mon grand père...le seul ,au final qui me comprenait..)
Répondre
M
Joli hommage à ce grand-père ! rien d'autre à dire, ces instants t'appartiennent
Répondre