Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 01:08





M'sieur le président, c'est ma dernière lettre
Que vous ne lirez pas car sans cesse vous êtes
A courir, sans jamais vous arrêter sur cette Terre
A regarder sans la voir toute cette misère.


Vous qui défendez les nantis, riches privilégiés
Ceux qui sont licenciés, parachutes dorés,
Vous qui vous la dorez sur le yacht de Bolloré
Pendant que d'autres trinquent et paient les pots cassés.


Vous encore qui ne pensez qu'à casser les grèves
Imposant vos lois, votre diktat en arrogance
Oubliant  les mal logés, les sans papiers, les SDF
Au profit de ceux qui s'engraissent , insolence.


Vous qui ne faites de vos ministères
Qu'un théâtre ridicule de marionnettes
Un gouvernement composé de fantoches
Manipulé, étranglé, muselé, en miettes.


Les restaus du cœur, les assocs, les dons ici et là
Compter sur l'unique générosité du peuple
Alors qu'aux banquiers on donne milliards comme ça
Voyez-vous, m'sieur le Président, ça m'écoeure.


Vous qui ne pensez que profits, bénéfices
Quand la fracture sociale devient plus grande
Que les petites gens souffrent et peinent
Pendant que Votr' Belle se vêt haute couture.


Dans ce monde sottises, inégalités
Va falloir continuer de se battre
Quand bien même ce sera à perpétuité,
Un combat d'idées avec nos mots pour armes.


Si vous m'envoyez les CRS, le GIGN
J' m'en fous, j'ai encor le droit de donner ma vie
Pour une ultime cause, pourvu qu'elle soit juste.
J'Vous laisse conscience avec vos fusils!

Texte inspiré par Boris Vian...



"Révolution  permanente" : chanson de Moustaki

Partager cet article

Repost 0
Published by katherine - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

marine 28/03/2009 13:26

é bé, quelle colère !
bah, c'est pas pour en rajouter mais c'est presque une dictature la France quand-ton y regarde de plus près : les députés du côté du présidents son plus nombreux donc tout ce qu'il veut est voté...

katherine 30/03/2009 22:30



La colère permet parfois de rester "éveillé"...
Kiss marine



zazou 27/03/2009 18:26

Toi petite fourmi, boulot métro dodo
Pendant que l'on se goinfre dans la France d'en haut
Ne te rends-tu pas compte que l'on se fout de toi?
Que tu sers la pâtée à ces messieurs les rois?

Serre-toi la ceinture petit intérimaire
La France est en faillite mais pas pour tout le monde
Fourmi réveille-toi et mène cette fronde
Contre ces grands patrons, politiques actionnaires.

Car l'argent coule à flot dans les cours de la bourse
Toi tu comptes tes sous lorsque tu fais tes courses
Toi tu travailles plus pour un peu plus gagner
Et enrichir Total et tous ces pétroliers.

Peut-être es tu fourmi pas mouton de panurge!
Slogan et propagande tels hallucinogènes?
Pas de protestations, gare aux lacrymogènes?
Pas de résignation, de celà je m'insurge.

Semer la zizanie quelle efficacité
Public contre privé, un bel os à ronger
Pendant que le bon peuple se bat tels chiffonniers
Ces messieurs engrangent dividendes et deniers.

Le dicton n'est-il pas dans cette France riche
Pour tous ces gens jetables qui servent de bonniches
Travaille plus et paie plus, travaille plus longtemps
Grâce à toi ma fourmi nous avons du bon temps!

katherine 27/03/2009 22:02



Waouh!!! Quel com! Tu as écrit cent mille fois mieux que tout ce que j'ai tenté de faire!
Tu es la plus "forte", mais ça il y a longtemps que je le sais.
Je m'incline, total respect :)
Kiss zazou



Tabellarius 27/03/2009 18:25

t'chao Kath...
Joli coup de gueule... La politique et moi nous avons divorcé encore plus vite qu'avec mon ex femme...
Humainement parlant faisant point parti des nantis je ne peux que m'associer à toutes tes idées... M'enfin j'espère qu'un jour tu seras entendues comme je te reçois..
Kiss Kath...

katherine 27/03/2009 22:00



Reçu 5/5 Tab!
Je ne divorcerai pas de la politique vu que je ne suis pas mariée avec elle, d'ailleurs je ne suis pas adepte du mariage en général;)
Pour ce qui est de mes idées en politique, je parlerai plutôt de non-résignation et d'un tit côté anarchiste que j'assume pleinement.
Kiss my Tab



Jakline 27/03/2009 00:15

Un pladoyer-pamphlet digne des plus beaux qui circulaient sous la royauté. Qui eut crû qu'au XXIème on eut encore besoin d'en passer par là pour faire valoir nos droits ? ( mais est-ce que ce dernier mot n'est pas un gros mot pour les petits que nous sommes??) Je ne peux m'empêcher de penser aux nations où le droit d'expression est plus que sévèrement contrôlé. Soyons vigilants...
J'ose croire, comme le dit Liedich que les carottes sont cuites et qu'elles n'auront pas un goût trop amères pour nos enfants ...

katherine 27/03/2009 20:02



La vigilance est de mise par les temps qui courrent. Quant aux plaidoyers-pamphlets, ils seront toujours d'actualité car le monde va de plus en plus mal...
Espérons que Liedich a raison!
Kiss Jakline



liedich 26/03/2009 21:29

Bientôt on s’ra de cents et peut être des mille,
Y’aura la vieille Germaine et peut être l’Emile,
Et on plant’ra la merde jusque le mot mourir,
Ce qu’on fait chaque jour quand on pense à l’av’nir,

Tu pourras bien jeter tes cars de crs,
Je serai le premier à présenter mes fesses,
Quitte à me faire sauter autant qu’il y’en ait plein,
D’toute façon comme tous j’veux plus d’une vis de purin.

Et toi Mr Bling bling pour qui j’avais voté,
Toi et toute ta clique qui nous avez niqué,
J’peux t’dire que tes réformes tu peux bien t’les carrer
Au milieu d’ce que tu veux on va les rejeter.

On va dépaver rues et comme en 68
Nous les crèves la faim qu’avons la vie sans suite,
On s’étendra par terre et on bloqu’ra le char,
Et t’auras plus qu’not’sang comme unique nectar.

Quand c’est qu’on boss’ra plus, qu’on se f’ra l’Elysée,
Et tous vos fiefs pourris où l’sang y va couler,
Vous s’rez bien obligés de respecter la plèbe,
Qui vous permet de croire qu’vous avez gueule d’éphèbe.

Allez, manant, suis moi, tu n’as plus rien à pommer,
Emmènes les vieux les jeunes, on va les acculer,
Et la culture du mot : vas te faire enculer,
On va juste leur donner l’plaisir de l’avaler.

Bientôt on s’ra de cents et peut être des mille,
J’te jure que ce s’ra pas pour tendre la sébile,
On va juste prendre not bien, qu’vous gâchez quand on trime,
Maintenant vous êtes prévenus, ça va pas être un mime.

Allez, à tout d’suite.
Ouais, vos carottes sont cuites.

Que ta nuit soit douce Katouchka.

katherine 26/03/2009 21:34



Waouh!!!! Que j'aime quand tu es en colère toi! Tu ponds des coms extraordinaires et celui-ci a toute mon admiration!
Tu devrais le publier, il résume dix mille fois mieux ce que j'ai voulu exprimer dans mon poème ;)
Kiss L. Douce à nuit à toi également.