Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 23:31







Je suis allée visiter une personne dans une maison
de retraite. Elle refusait de s'alimenter et d'après le
médecin démontrait un état pathologique proche
de l'hystérie. Elle vomissait lorsque les infirmières
lui donnaient ses médicaments et étalait la nourriture
sur elle. L'infirmière me dit :
 « - Je n'ai jamais vu une
personne se comporter de cette façon ».
Je lui demandai :
 « - Pourquoi, remonter systématiquement
cette dame dans sa chambre au lieu de la laisser avec les
autres pensionnaires?  Je pense que ce n'est pas l'aider
que de l'isoler davantage »
Celle-ci me rétorqua :
 « -Ce n'est pas un spectacle pour
les résidents! »
Une réflexion qui m'horripila.
« -Comment cela?  Pas  assez joli? Une ombre sur le super tableau?
C'est comme les SDF sur les trottoirs, cela ne fait pas beau
dans une ville, alors on élimine, on gomme, on balaie!!! »
Je rajoutai :
 « -Au fait, pourquoi ne lui donnez-vous pas
ses médicaments même si elle les refuse?
- C'est interdit.
- Ah bon?
- Oui, donner de force des médicaments s'appelle de la
Maltraitance."
Mon sang ne fit qu'un tour...
«  Personnellement, j'appelle maltraitance, le fait de
ne pas administrer à un patient le traitement dont il a besoin.
C'est comme si un enfant refusait d'être vacciné parce que
cela fait mal. On lui répond : mais oui mon chéri, tu as raison,
on ne  va pas te faire de piqûre, c'est trop douloureux... »
L'infirmière me regarda, choquée :
«  -Ce n'est pas la même chose! »
Moi :
- Ah bon? Quelle est la différence? Puis-je savoir?
Pas de réponse.
Je lui lançai :
"- Demandez-vous aux résidents qui sont ici la permission de les
perfuser alors qu'ils sont réduits à l'état végétatif, des légumes quoi?"
Pas de réponse de sa part, bien entendu.
Je répliquai instantanément:
"- Voulez-vous que je vous donne la réponse? C'est parce qu'il est
tellement plus commode de maintenir les gens en vie pour empocher
du fric! Voilà la réponse que vous n'osez me donner! »
Elle me toisa, les yeux rougis :
"- Si vous saviez la journée que j'ai eue!
- Je ne mets pas votre travail en doute, mais ceux qui vous emploient
et vous terrasse de travail, par manque de personnel et ne veulent pas
embaucher!"
Elle s'éloigna puis revint avec le téléphone et le médecin en ligne.
Je lui dis à nouveau tout ce que j'avais raconté à l'infirmière.
Il me répondit sur un ton si neutre que je crus défaillir :
«  Si vous parlez d'euthanasie, je suis désolé mais cela ne me concerne pas. »
Ben voyons!
J'étais remontée comme une pendule.
«  Vous n'exercez pas dans un hosto parce que là-bas, c'est beaucoup moins onéreux.
Et quand une personne n'est plus qu'en état végétatif, on demande à la famille
si elle est d'accord pour abréger une vie devenue inutile. »
Grand silence...
«  Si vous n'êtes pas contente de nos services, mademoiselle, veuillez nous en
faire part par lettre recommandée. Bonne fin de journée. »

Maison de retraite : fric qui se ramasse à la pelle!
Je suis écoeurée...

 

Ce n'était pas un membre de ma famille mais je me suis battue pour cette personne!

 

 

 

Moralité : Si un jour, je perds toutes mes facultés mentales, je me pendrai haut et
court plutôt que de laisser du fric à des rapaces!

 

,

Partager cet article

Repost 0
Published by katherine - dans Textes libres
commenter cet article

commentaires

Invisiblewoman 23/07/2009 12:18

on a malheureusement parfois pas le choix, j'ai un grand père pris de délire paranoiaque, par peur de se faire agresser, c'est lui agresse tout le monde avec marteau ou couteau, on ne peut pas non plus le laisser chez lui
pas facile de gérer tout ça

marithé 23/07/2009 11:38

ba oui on reproche assez aux personnes âgées de vivre trop longtemps ...alors on les parque ..


gros bisous kath

Invisible woman 23/07/2009 08:01

Malheureusement très vrai, j'ai travaillé en maison de retraite, les dirigeants ne sont intéressés que par l'argent
j'ai changé de métier pour l'aide a domicile

katherine 28/07/2009 14:29



Je suis d'accord avec toi et je comprends que tu aies souhaité changer de métier.
Merci de ton passage chez moi



cent.onze 23/07/2009 04:52

Bonjour Mystère,

C'est pour j'employais avec un minimum d'organisation. Il est parfaîtement possible d'avoir les soins apropriés hors maison de retraite ou hors centre médicalisé ! Mon discours semblait facile, en fait il se basait sur l'expérience de la situation, sans pour cela me mettre en avant ! Na !

Et bien jeune fille, quand je suis aussi révolté que toi, je n'ai pas de réponse ou je suis booté par over-blog. Quand mon discours se veut simpliste et racourcissant, cela ne semble pas te convenir ! Contradictoire, va ! Rire

Tendres baisers à l'abri sur tes joues orageuses et toc !
un Vilain grain de sable

katherine 28/07/2009 14:31



Je n'étais pas en colère après toi. J'expliquais tout simplement mais parfois mon impulsivité est incisive, je le reconnais. Je me soigne :)

Je t'embrasse mon unique Fan



Lilounette 22/07/2009 19:51

je sais comment çà se passe,écoeurée, oui, car ce sont des êtres sans défense, exploités... le fric, oui , le fric, rein que çà dans ses maisons ' honteuses' .. Si j'ia mes facultész et doit être placée comme toi je predns la cored ..bises

Ceci est un copier-coller : un dernier passage comme promis avant de fermer les commentaires sur mon blog pour te retrouver peut-être ,début août
Bises et merci à chacun(e) pour les bons moments ensemble passés.

katherine 23/07/2009 02:40



Ma Lilounette
J'aime quand tu es aussi en colère que moi, au moins nous sommes deux!
Bisous ensommeillés