Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:30





 

 

Quand le temps sème discorde

Que rien ne va sinon l’ennui

La terre ne tourne plus ronde

Le malheur en nous sévit.


Tu me manques au jour qui tombe

Après des heures d’insomnie

Je te cherche quand vient l’aurore

De toi garde le goût de la vie.


Le tonnerre sonne le triste glas

Que l’éclair ne suffira à réveiller

Je m’installe dans chacun de tes pas

Araignée prise dans les filets.


Vois-tu combien tu es mon ombre?

Silhouette démesurée, sourde

Ne jouant que fausses notes

Troublant mes années rudes.


Mon cœur est enseveli , altéré

Oh! Que les sources m’abreuvent

A l’érosion du cœur, éthérée

Que mes mots enfin se meurent.


Et dans ton ultime faconde

Je me berce d’amères paroles

Car rien n’est meilleur que le gong

Frappé en notes mineures.


Mon enfant, ma douce brune

Rien n’existe que ton amour

Et sur tes sourcils de brume

Je pose mes baisers en un jour.

Partager cet article

Repost 0
Published by katherine - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

fab 23/09/2009 09:54


Je dirai toujours notre vie nous appartient sans être égoïste il faut parfois savoir dire non mais aussi suivre son coeur souvent c'est lui qui a raison ! bisou ma kath


LUEUR 20/09/2009 15:16

Pardonnez-moi de poser ici mon commentaire en rapport au votre, sur le blog "Antidotes" de Dominique qui rendait hommage à sa grand-mère dans un poème extrêmement touchant.

Je voulais vous dire, ô vous qui avez l'impression que votre grand-père est constamment près de vous... Que ce n'est pas une impression.
Il est "toujours" près de vous, aussi loin, aussi haut soit-il.
Il vous entend vos paroles, il "sent" vos pensées, il vous voit, vous pouvez lui parler dans votre tête ou à voix haute... il n'est jamais loin.
Amitiés

Lueur

The mentalist 15/09/2009 23:33

Poème d'une signature bien particulière qui est la tienne...mélancolie de ces lignes que j'aime...

Un "vieux" lecteur...

JOALUNA 15/09/2009 20:40

texte très touchant, c'est avec plaisir que je reviens par ici...L'idée de l'ombre est très interessante:) abientot
joaluna

IZA 15/09/2009 14:18

je trouve ce texte trés beau , et trés émouvant , je l'aime beaucoup ...je t'embrasse Kath