Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 23:20

 

 

 

galerie-membre-fleur-orchidee-orchidee-blanche-1-.jpg 

 

Des portes ouvertes une à une étrangement

Issues vers l'infini, vers le subconscient.

Le cerveau en lames aiguisées, en transes,

Que rien ne peut déjouer en diverses trames.

  

Sur la toile que tisse la beauté des sentiments

Que rien ne laisse hormis le goût du temps.

Araignée prise entre tes filets obligatoires

Je compte les heures à notre  étrange histoire.

 

Il suffisait d'être pour qu'enfin l'on comprennne

Combien  chacun de nos pas est une épreuve.

Etapes nécessaires, compromis et ferveur,

Pour que nos soleils naissent outre la tiédeur.

 

Coups de bistouris, sparadraps à nos maux,

Le scalpel agit pour cicatriser enfin l'essentiel.

Et la blessure, tapie souvent sous l'éternel,

Atténue la morsure des vagues sur la peau.

 

Fermetures des portes! Le rêve l'emporte!

De mes cauchemars, je me dédouanne.

Le mieux est ce qui de Nous deux fait l'enjeu

Coulées volcaniques, lave en moi coule peu à peu...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 02:08







J'avais écrit un chouette texte je crois
Pour remercier ceux qui m'ont lue
Il s'est effacé juste comme ça
Pas grave, ce n'était pas le but.

Ce soir pas d'alexandrins, ni de poésie
Ce blog va s'évanouir peu à peu
Merci aux poètes qui m'ont servie
Et à ceux qui  ont été merveilleux.

Mes amis fidèles des jours heureux ou non
Vous avez été mon bonheur et mes temps
Mes amis de rimes, et de déraisons
L'heure approche où tout prend son sens.

Je reviendrai peut-être,qui peut savoir?
Les mots en belles  ou mortes saisons
Mais sachez que rien n'a été dérisoire
Que vous avez été mes mots passions.


A igells,  en particulier et entre autres...



 
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 00:18








Pluie de billets sur Paris

Société indécente

Impudeur, saloperie

Face aux misérables!


Coup de publicité, pari.

Foutre l’entreprise en l’air,

La jeter aux orties,

Ruer des quatre fers!


Comment oser se la jouer?

Quand les SDF se meurent

Traînent éreintés sur les pavés

Quand d’autres aux jours crèvent.


Ces mecs ne sont qu’abjection

Euro millions si suspects

Qu’ils les balancent moignons

De leurs tronches de balafrés!


On accuse qui ensuite?

Ceux qui niaisement y croyaient?

Attroupements de la police

Encor’ la rue qui en fait les frais!


J’ai honte de cette société

Les malins qui se comportent

Sans pudeur, en malignité

Telle bande de cloportes!

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 03:13








J’ai tout écrit, tout dit, raconté.

J’ai parlé du monde, de la vie,

Tourné les pages présent, passé

Cassé les tabous, les on-dit.


Me suis boursouflée, vantarde

Telle grenouille de la fable.

Croyant que j’avais du talent,

Vous croyant aveuglément.


Qui sommes-nous en réalité?

Ni Verlaine, Char ou Rimbaud

Des écrivaillons en mal d’aimer

Inscrivant des mots contre nos maux.


Personne ne sait l’importance

Que nous avons à dire, à écrire,

Et chacun dans notre croyance

Sommes de tout petits sbires.


Voilà que je m’emporte, colère

Sur la toile blanche du virtuel.

Vous, vous savez bien écrire

Moi, je ne sais pas le faire.


Mais, peu importe, on ne choisit pas

On vibre, joue, tressaille

Avec l’amour guidant nos pas

Au seuil de ce qui nous assaille.


Il suffirait d’un clic de souris

Pour effacer toutes les phrases.

Je n’en ai pas le courage

Cet espace fait partie de ma Vie.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2009 7 08 /11 /novembre /2009 00:38






Partager cet article
Repost0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 00:44








Ne pas avoir de doutes, croire en tout

S’efforcer d’être soi malgré les choses

Parsemer le chemin de roses et d’épines

Comme l’on croit que la vie est un bout

Dans l’illimité du monde noir et blanc

Penser qu’il est gris car cela nous arrange

Et sous la burka, délier les langues

Tandis que les femmes nous haranguent

Savoir trouver les repères, les nationalités

Ce que le monde nous renvoie de généralités

Au travers des races, des religions, crier!

Se demander ce qui nous fait être vrais

Toi la femme qui dépose dans la maison

Le pain en signe d’extrême raison

Alors que l’on te traîne dans la boue

Que tu te mets sans cesse à genoux

Mourir brûlée, par un frère, un père

Souffrir la peau en cloques, tuméfiée

Parce qu’un baiser, un amour bafoué

Puis renaître des cendres du péché

Montre-toi, abaisse ton foulard

Pense à tes sœurs opprimées

Même celles qui circulent en BMW

C’est toi que rejoindra l’Histoire

C’est à l’école que l’on apprend

Nos choix et le sens des libertés

Ne te laisse pas abaisser dans ton rang

Sois celle qui vibre, comprend et sait!

Entre les voix de l'Orient ou de l'Occident
La voix des femmes reste une concordance
En elles toutes, demeure la délivrance
Elles, elles, à travers  tous les temps!



Pour nous et nos enfants....


Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 01:01





Un flot de mots qui s’éparpille

Clochards du cœur en pointillés

Ils tendent leur vie en sébile

S’arriment aux autres, tétanisés.

Dans la vie aseptisée, embrigadée

Se couchent, dans l’ombre de chacun.

Le cerveau bridé, lobotomisé,

Du trottoir gardant parfum.


Tentes dressées après l’été,

Bivouacs des âmes en errance.

Couloirs de l’automne, fleurs séchées.

L’hiver est en partance.


Que ferons-nous de ces destins?

Du fer, du laiton, de l’airain?

Quand le monde est chagrin

Dans ce sacré fichu pétrin.


Alors, savoir et comprendre.
Ne pas dire les mots qu'il ne faut
Etre utile, avoir le sens des choses
Ne pas utiliser des termes par défaut.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:30





 

 

Quand le temps sème discorde

Que rien ne va sinon l’ennui

La terre ne tourne plus ronde

Le malheur en nous sévit.


Tu me manques au jour qui tombe

Après des heures d’insomnie

Je te cherche quand vient l’aurore

De toi garde le goût de la vie.


Le tonnerre sonne le triste glas

Que l’éclair ne suffira à réveiller

Je m’installe dans chacun de tes pas

Araignée prise dans les filets.


Vois-tu combien tu es mon ombre?

Silhouette démesurée, sourde

Ne jouant que fausses notes

Troublant mes années rudes.


Mon cœur est enseveli , altéré

Oh! Que les sources m’abreuvent

A l’érosion du cœur, éthérée

Que mes mots enfin se meurent.


Et dans ton ultime faconde

Je me berce d’amères paroles

Car rien n’est meilleur que le gong

Frappé en notes mineures.


Mon enfant, ma douce brune

Rien n’existe que ton amour

Et sur tes sourcils de brume

Je pose mes baisers en un jour.

Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 00:42







Avant de m'éclipser, je  voudrais vous recommander deux livres
extraordinaires de sensibilité, d'intelligence et de culture :

"Les yeux jaunes des crocodiles", suivi de "La valse lente des tortues"
de Katherine Pancol.

Les personnages sont attachants et on n'a pas envie de les quitter.

Allez lire l'interview de l'auteur sur son site, c'est extrêmement intéressant.

http://www.katherine-pancol.com/


Bonnes vacances à tous!

Partager cet article
Repost0
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 23:40







Coucou vous Tous,

Comme vous avez pu le noter, je n'écris plus sur OB.
Je ne pense pas que je reviendrai poser mes modestes
textes avant fin septembre...
La vie quoi...

Merci à tous ceux qui ont continué de me lire et de laisser
leurs commentaires qui m'ont apporté l'essentiel : l'amour et
l'amitié en somme.

J'ai d'autres priorités pour l'instant.

Je ne vous oublie pas, soyez-en certains.

Merci du fond du coeur aux fidèles lecteurs et à ceux de passage.

Katherine

Partager cet article
Repost0