Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 13:40











C'est le bruit
Du soufflet
Dans la forge.
C'est le bruit
Des tenailles
Contre la tôle.
C'est le bruit
Dur et puissant
Du labeur.
C'est le prix
De la sueur.
C'est le prix
Terriblement
Poignant
De la vie.















Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 01:41



















Triste et pauvre gamin
Aux nuits peuplées de cauchemars
Abandonné à tes chagrins...
Qui sape tes espoirs?


Ils ont osé te frapper
Ils ont osé t'humilier
T'imposer la souffrance
Au nom de leurs exigences.
 

Cent fois je t'ai croisé
Sans jamais soupçonner
Dans tes yeux cernés
Que tu étais maltraité.
 

Il te fallait faire semblant
Paraître un géant
Toi qui étais juste un enfant.
Pourquoi? Comment?


Après quoi courrais-tu?
Délaissé et perdu.


Que n'avais-je deviné
Cette souffrance, cette douleur
Dans ton regard brisé
Par la crainte, la peur.


Tant de meurtrissures en toi
Qui aurait dû
M'être une évidence
Et que je n'ai pas vues.


A quoi pensais-tu?
Abandonné, perdu.
A quoi rêvais-tu?
Humilié et battu.


Triste et pauvre gamin
Aux nuits de chagrin
Écrites à l'encre noire,
Qui étrangle tes espoirs?


Laisse-moi te donner la main,
Accompagne-moi un bout de chemin,
Je te montrerai d'autres horizons
D'autres amours, d'autres raisons.
 

Tu ne feras plus jamais semblant
D'être tel un géant
Tu n'auras plus à faire semblant
Enfin, tu seras un enfant.


Triste et pauvre gamin
Je gommerai tout le mal et le noir
De ce qui n'est pas ton destin...
Je recollerai les morceaux du miroir.

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 22:29












Il est des mots simples, doux et sonores
De ceux que l'on aime apprivoiser
Ces mots qui vous portent et vous honorent
Tels de tendres et chers baisers.


Il est des images agréables et apaisantes
De celles que l'on aime prolonger
Ces images qui vous transcendent
Vous émeuvent, vous font rêver.


Il est des gestes attentionnés et affectueux
De ceux que l'on aime préserver
Ces gestes qui vous rendent heureux
Comme une caresse donnée.


Il est des regards si emplis de charme
De ceux que l'on aime à échanger
Ces regards qui vous enflamment
Pour mieux vous ranimer.


Il est des odeurs délicates et si suaves
De celles que l'on aime à deviner
Ces odeurs qui vous dévastent
Afin de mieux vous transporter.


Il est un tout qui se nomme félicité
De celle dont on ne désire
Rien de plus que d'en être sollicité
Pour enfin aspirer au plaisir.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 21:40



















Pluie de plumes
Plumes de suie...
L'océan a pris la couleur
Du terrible malheur
Couleur d'encre noire
Couleur du désespoir.



Pluie de plumes
Plumes de suie...
Ce matin dans la brume
Le bateau a chaviré
Et sur la blanche écume
S'est déversé.


Pluies de plumes
Plume de suie...
Les oiseaux dans cette noire boue
Se sont enlisés
Les oiseaux dans cette gadoue
Se sont noyés.


Pluie de plumes
Plumes de suie...
Le pétrole se répand
Odeur insoutenable
Partout sur l'océan
Du large au rivage.
 

Pluie de plumes
Plumes de suie.
Les oiseaux gémissent
Les oiseaux expirent
Et dans un affreux supplice
Ils s'en vont mourir.

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 13:32

IFMCA9FSSE9CAM11PNYCA9QZJMJCAC-AF3177OCA908FY1CA8OVX81-396b.jpg


Je n'ai plus l'odeur
De son café serré
Ni celle du pain grillé
Des petits matins-bonheur.


Je cherche une délivrance
Une trace, une autre chance...

Sur les draps froissés
Un unique corps allongé

Le mien, et à côté de lui
Un vide dans le lit.


Je hais les miroirs
Evite de les croiser
Je sais de quels désespoirs
Le cours de ma vie sera fait.
 

Rides qui s'apposeront
Telles un écheveau
Creusant de leurs sillons
La fragilité de ma peau.
 

Reviendra-t-il ce printemps?
Ces jours heureux , ensoleillés
Celui du bonheur permanent
Des éclats de rire à volonté...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 03:23




Il y a des silences qu'on ne rattrape pas
Des mots qui s'envolent au fronton des chapelles
Des amours entre vie et trépas
Et qui peuvent aussi nous donner des ailes.


Sur le parvis de Notre-Dame
Je presse le pas, subodore les fragrances
Sur le pavé , je me damne
Vais de coursives en errances.
 

Il pleut des cordes de larmes
Des arc- en-ciel magnifiques
Etoiles juxtaposées
Au firmament extatique.


Je n'ai que l'horizon que dessinent mes yeux
Sous la frange des collines
En un dessin singulier et voluptueux
Qui me porte et m'abîme.


Tu es le prince Ténébreux
Tandis que je suis ton odalisque
Ta promise, ton Iseult
Ô toi, mon homme chimérique!


Aux croisées des sentiers
Nous nous perdrons encore
Je soutiendrai ton épaule
Car tu es mon guerrier.


Je ne crains pas la vengeance de Dieu
Ni ses foudres,ni ses éclairs vengeurs
Qu'ils m'apaisent de mes feux
Et m'emmène au vainqueur.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 13:56




Je vis au jour le jour
Happant chaque détour
Telle une ombre
Qui, peu à peu, sombre.


Croisée des chemins
Croisée des destins
Dans le ciel assombri
Par mes non -envies


Par le silence de ma vie
Qui en tout l'obscurcit..
.
J'ai hâte d'aller vers ailleurs
Me détourner du meilleur

Afin d'y trouver le pire
Le sens de mes délires.

Balayer à jamais la route
De tous ces doutes

Ces pages tournées à vau-l'eau
Une à une, recto verso.

Je me fous du paysage
Il n'est pas à mon image

Je me fous du décor
Et je l'ignore...

Je me perds entre les rimes
De ma vie sans rythmes

Perdue, dérisoire
Sans aucun espoir;

Il n'y a pas de lumières
Dans mon compartiment
Pas plus de chimères
Que d'enchantements.
 

J'entrouvre le tiroir
Celui des souvenirs
Mais je n'ai plus de mémoire
Ni aucun désirs.
 

Va! Vie éphémère
Roule ta bosse
Moi je rêve...
Mais pas d'un carrosse.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0