Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

11 mars 2009 3 11 /03 /mars /2009 00:25




Elle aurait voulu suivre le chemin
Les escarpements, les ornières
Tracer ses pas aux moindres recoins
Etre parcours aux sentiers éternels.


La lenteur de son corps à se mouvoir
L'obligeait à une certaine cadence
Et, dans la force du désespoir,
Elle scandait l'horrible souffrance.


Si la jeunesse pouvait revenir
Le fruit de la vie sans pépins,
Simplement la pulpe du désir,
N'être qu'émois au corps divin.


Elle flatta la lune du bout des cils
L'aguichant en demi-sourire
Se rappelant qu'elle fut jeune fille
Les lèvres rouges, généreuses.


Les seins regorgeant de vie
Le port altier, le cou gracile
La croupe belle, rebondie,
Son intimité en calice.


Les années étaient passées irréversibles
Creusant de sillons son visage
Désarmant son corps au possible
Avec une déloyauté sauvage.


Que restait-il de ces beaux jours?
Quelques photos défraîchies, jaunies
Les êtres chers disparus alentour
Son cœur usé à l'infini.


La lune ne lui rendit pas sourire
Parce qu'elle n'est pas ce que l'on croit
Pleine, à demi offerte, peu importe
Une gourgandine sans foi ni loi.


Et le soleil? Où était-il passé?
Lui qui avait si brillamment
Fait étinceler ses journées.
Il s'en était allé subrepticement.


Elle s'appuya au creux d'un chêne
Respira bruyamment, souffle coupé
Les images défilant sur sa peine
Le regard de larmes noyé.


Puis, elle hoqueta, fut transpercée
Par une sorte d'éclair venu du ciel,
Une fulgurance en un grand trait
L'aile d'un oiseau à son vermeil.


Les nuages changèrent de direction
Il devait déjà être petit matin
Quand elle s'endormit sans ostentation
Les mains au ventre posées, l‘air serein.

Partager cet article

Repost 0
Published by katherine - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires

sarang 16/03/2009 12:00

Bonjour,
Ceci n'invite pas à vouloir vieillir.
Sans compter qu'on risque peut-être de terminer seul(e).
Vieillir et ressasser ses souvenirs...c'est trite.
MAis le temps est ainsi fait.
On se regarde dans le miroir, on essaie de garder cette jeunesse...mais le miroir ne triche pas!
C'est une très belle composition!!!

katherine 17/03/2009 20:25



Merci ma douce Sarang de tes mots.
Tu sais, vieillir c'est mourir un  peu comme disait je ne sais plus qui mais moi, les années qui passent je m'en fiche, je trouve que la vieillesse nous entraîne vers la mâturité... Ce
n'était qu'un bout d'histoire comme cela au hasard des mots...
Bisous



Babou* 15/03/2009 09:21

Comme tes rimes sonnent vraies en la vie... et cette toile pour illustrer ce chemin que nous prenons tous et qui irréversible nous mène vers le même destin.
J'ai eu la douleur ces derniers jours d'en prendre toute la mesure... alors ce matin je pose pour toi un sourire ensoleillé et plein de kiss...
Très belle poésie que celle là.
Bab*

Jakline 14/03/2009 14:13

Un très beau poème qui m'a ramenée à de grandes poétesses comme Louise Labé. Le tableau qui l'accompagne est en harmonie parfaite.

Eglantine Martine 13/03/2009 07:39

Bravo Katherine, ce poème est très beau. Puissions nous connaitre une fin de vie aussi sereine. Bises

Stellamaris 13/03/2009 07:17

Absolument splendide ! Bises.