Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de katherine
  • : poèmes et écrits... au gré de mon humeur... pour qui voudra les lire, s'y trouver ou s'y retrouver
  • Contact

Profil

  • katherine

Texte Libre

Pour écrire en prose il faut
absolument avoir quelque
chose à dire ; pour écrire
en vers, ce n'est pas
indispensable.
Louise Ackermann

Recherche

Texte Libre

Merci pour vos commentaires
qui m'apportent aide et
soutien. Grâce à vous, je
puis avancer.

Catégories

7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 01:19


Comme une image morte et sans âme,
Elsa regarde ce monde qui lui est improbable
Son cœur chavire parmi les méandres,
Perdue dans cet univers inconcevable.
 

Sur le pointu de ses genoux
Elsa pose son menton pointu,
Les traits émaciés, le corps tendu,
Une trace, un air de rien du tout.


Ce sont ses terrifiants cauchemars
Qui peuplent horriblement sa mémoire
Aux lendemains tristes et  blafards
Après mille et mille nuits blanches.


Elsa respire mais obligatoirement ne vit pas tout à fait
De cela pour sûr elle s'abstient.
A force de rancoeurs inutiles, à force d'être blessée
En petit oiseau fragile sans refrain.


Dans les yeux d'Elsa comme disait le poète
Il y a des béances, des certitudes, des désespoirs
Mais cette Elsa-ci n'est qu'une frêle silhouette
Désarticulée, face à son reflet dans le miroir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Fragile Elsa ne t'inquiète pas, écoute ton coeur.
Répondre
K


Mais Elsa continue de le faire malgré tout
Merci d'être passé



H
Un regard perdu dans un monde de brutes
Un esprit qui se débat au milieu de ses doutes
Un coeur égaré au détour d'une route
D'une vie qu'on poursuit sans fin et sans but

Dans ces yeux-là

Comme une image morte et sans âme,
Elsa regarde ce monde qui lui est improbable
Son cœur chavire parmi les méandres,
Perdue dans cet univers inconcevable.

Une prison d’espoirs et vaines certitudes
Ballotte son âme sur les récifs de la vie
Remplissant son cœur de cette grande lassitude
Qui tourmente son esprit au cœur de la nuit

Sur le pointu de ses genoux
Elsa pose son menton pointu,
Les traits émaciés, le corps tendu,
Une trace, un air de rien du tout.

Un fantôme, parmi d’autres, traînant sans fin
Une existence dont le poids est trop lourd
Trop de peines, de malheurs, de chagrins
Dans sa constante recherche de l’amour

Ce sont ses terrifiants cauchemars
Qui peuplent horriblement sa mémoire
Aux lendemains tristes et blafards
Après mille et mille nuits blanches.

Dans les affres de ses nuits elle assiste impuissante
Au ballet maudit de tous ces démons nocturnes
Que sont les souvenirs d’une mémoire récurrente
Qui l’abîment sans bruit rendant son cœur taciturne

Elsa respire mais obligatoirement ne vit pas tout à fait
De cela pour sûr elle s'abstient.
A force de rancoeurs inutiles, à force d'être blessée
En petit oiseau fragile sans refrain.

Elsa cache au plus profond d’elle-même
Cette force infinie qui reste dans l’absence
Quand le corps éperdu, livide et blême
N’est plus que douleur et cri d’espérance

Dans les yeux d'Elsa comme disait le poète
Il y a des béances, des certitudes, des désespoirs
Mais cette Elsa-ci n'est qu'une frêle silhouette
Désarticulée, face à son reflet dans le miroir.

Elle surprend un rêve, dans l’aube qui renaît,
Et se voit franchir ce rideau impartial
Laissant derrière elle remords et regrets
Devenant cette image impassible et glaciale

Pour que ces yeux retrouvent ce sourire
Qui plaît tant à nos coeurs
N'oublie pas que le fait d'écrire
C'est d'abord pour ton bonheur
Prends soin de toi
Bisous
Vae
Répondre
K


Merci encore de tes mots croisés aux miens,je ne m'en lasse pas.
C'est comme si tu poursuivais mon chemin commencé... Et, je ne sais
pourquoi ce chemin-là me correspond.
Ecrire c'est du bonheur et parfois de la souffrance expirée..
Bisous Vae



E
Blessures d'Elsa...Grandit petite Elsa pour vaincre ces mauvais jours...
Répondre
K


Aux jours sombres succèderont des jours meilleurs.
Comment cela se pourrait-il autrement? Quoique...



F
Mais petit à petit les pas s'accrochent au sol et inévitablement font un petit puis un grand puis un plus grand pas et nous voilà regard vers le futur ... non sans oublier le passé douloureux c'est impossible mais avancer encore et encore ... Bises
Répondre
K


Avancer toujours...
Bisous



T
un bien triste regard ,
sur sa vie qui s'égard
tout au fond du miroir
une lueur apparaît
le nouveau jour est né .
oublier les cauchemars
et les matins blafards
elle ne baisse pas les bras
notre toute petite Elsa ......
amitiés.
tony
Répondre
K


Elsa grandira malgré tout.
A bientôt.